Sommaire

 

L'hypertension est caractérisée par une pression artérielle trop élevée. Cette maladie a une prévalence élevée et augmente de façon importante les risques d'accident cardiovasculaire. Pour savoir si l'on est hypertendu, il faut mesurer sa tension artérielle, soit au cabinet du médecin, soit chez soi à l'aide d'un tensiomètre disponible en pharmacie. Mais mieux vaut connaître les facteurs de risques d'hypertension.

Risques de l'hypertension : des risques graves

L'hypertension artérielle (HTA) est une maladie qui entraîne peu ou pas de symptômes, et les personnes hypertendues n'ont pas l'impression d'être malades. Souvent, elles ne comprennent pas pourquoi elles doivent prendre un traitement contre une maladie en apparence inoffensive.

En fait, l'hypertension artérielle a de graves conséquences si elle n'est pas traitée. Il existe une relation presque linéaire entre la mortalité et la pression artérielle. Plus cette dernière est élevée, plus le risque de décès augmente.

Ainsi, l'hypertension multiplie par 6 le risque d'accident vasculaire cérébral et par 3 celui le risque de maladie cardiaque (coronaropathie), et augmente le risque d'insuffisance cardiaque, d'infarctus, d'insuffisance rénale et de démence.

Par ailleurs, un excès de pression au niveau des artères cérébrales favorise la formation des plaques amyloïdes, responsables de la maladie d'Alzheimer. De fait, une hypertension mal soignée augmente de 60 % les risques de développer un Alzheimer.

Lire l'article Ooreka

Risques de l'hypertension : hypertension et risque cardiovasculaire global

Depuis quelques années, les médecins s'intéressent au risque cardiovasculaire global d'un patient, c'est-à-dire à l'ensemble des facteurs de risque qui sont associés aux maladies cardiovasculaires.

Ainsi, l'hypertension seule est moins grave qu'une hypertension de même grade associée au tabagisme ou au diabète. La décision de traitement est prise en prenant en compte le risque global.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque utilisés pour estimer le risque cardiovasculaire global (Haute Autorité de Santé) sont :

  • âge (> 50 ans chez l'homme et > 60 ans chez la femme) ;
  • tabagisme (tabagisme actuel ou arrêté depuis moins de 3 ans) ;
  • antécédents familiaux d'accident cardio-vasculaire précoce : infarctus du myocarde ou mort subite avant l'âge de 55 ans chez le père ou chez un parent du premier degré de sexe masculin, infarctus du myocarde ou mort subite avant l'âge de 65 ans chez la mère ou chez un parent du premier degré de sexe féminin ;
  • AVC précoce (< 45 ans) : diabète (diabète traité ou non traité), dyslipidémie ;
  • LDL-cholestérol ³ 1,60 g/l (4,1 mmol/l) ;
  • HDL-cholestérol ≤ 0,40 g/l (1 mmol/l) quel que soit le sexe.

La présence de pathologies rénales ou le fait de suivre une corticothérapie constituent également des facteurs de risque à ne pas négliger. Par ailleurs, une étude a montré que les personnes qui présentaient un lupus érythémateux avaient un risque presque deux fois plus élevé d'avoir une HTA réfractaire, c'est-à-dire qui ne parvient pas à être contrôlé malgré l'association de trois antihypertenseurs.

HTA chez l'enfant

Tous ces facteurs de risque ont tendance à faire oublier que l'hypertension artérielle peut également concerner des enfants. Le phénomène est assez marginal, il est vrai, et c'est pour cette raison que le diagnostic est très rarement posé.

Or, une HTA non traitée chez un enfant se traduit non seulement par une moins bonne qualité de sommeil, mais surtout par des performances cognitives (tests de mémoire, tests d’attention et tests de rapidité d’exécution de diverses tâches) amoindries par rapport à ceux ne présentant pas d'hypertension.

Lire l'article Ooreka

Risques de l'hypertension : mécanismes en jeu et traitement

En exerçant de façon continue une pression trop forte sur la paroi des vaisseaux, l'hypertension les fragilise. Les vaisseaux peuvent donc se rompre plus facilement.

Par ailleurs, les artères se rigidifient (deviennent moins élastiques) et le cœur doit travailler davantage pour évacuer le sang. Il risque donc de se fatiguer prématurément.

Fort heureusement, les traitements contre l'hypertension artérielle ont démontré leur efficacité pour prévenir les accidents vasculaires. Selon certaines études, une baisse durable de 5 mmHg de la pression artérielle diastolique permet de réduire de 40 % le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC).

Lire l'article Ooreka