Sommaire

 

L'hypertension se caractérise par une pression artérielle trop importante. Il s'agit d'une maladie dont la prévalence est élevée et qui augmente de beaucoup les risques d'accident cardiovasculaires.

Pour savoir si l'on est hypertendu, il faut mesurer sa tension artérielle avec un tensiomètre.

Différents types de tensiomètre

Il existe plusieurs types d'appareils permettant de mesures la tension artérielle.

Historiquement, on utilisait des sphygmomanomètres à colonne de mercure, qui ne sont plus utilisés, car ils sont dangereux pour l'environnement.

De nombreux médecins utilisent encore des manomètres anéroïdes, qui ne sont toutefois plus recommandés, car ils requièrent un étalonnage régulier.

Aujourd'hui, les tensiomètres automatiques sont préconisés. Ces tensiomètres sont aussi disponibles en pharmacie pour les patients qui souhaitent mesurer eux-mêmes leur tension, en pratiquant l'automesure.

Guide d'achat du tensiomètre

Tensiomètre bras ou tensiomètre poignet : lequel choisir ?

Il existe des tensiomètres de bras et des tensiomètres de poignet :

  • Les tensiomètres de poignet sont les plus pratiques, car petits et aisés à placer. Cependant, ils sont moins fiables, car il faut une position parfaite du poignet pour ne pas risquer de fausser les résultats. Le tensiomètre de poignet est donc plutôt adapté aux personnes amenées à se déplacer souvent.
  • Les tensiomètres de bras, quant à eux, sont de taille plus encombrante, et le brassard est plus compliqué à enfiler. Cela dit, le grand avantage du tensiomètre de bras est que, quelle que soit la position du bras, le résultat sera quasiment identique, et donc non faussé.

Seuls les tensiomètres avec brassard (autour du bras) sont recommandés par les médecins. Ils sont beaucoup plus fiables que les appareils de poignet ou de doigt.

Recommandations à suivre

Il existe une multitude de tensiomètres (ou autotensiomètres) en vente libre, et il n'est pas simple de choisir.

Si votre médecin ne vous a pas prescrit de modèle particulier, ou que vous souhaitez acheter un tensiomètre sans ordonnance, voici quelques conseils importants :

  • La taille du brassard doit être adaptée : certains modèles proposent des brassards pour les personnes obèses ou dont le diamètre du bras est important. Le brassard doit couvrir 80 à 100 % du tour de bras.
  • Seuls certains autotensiomètres sont validés par les autorités de santé. La (longue) liste est disponible sur le site de l'Afssaps.

Préférences personnelles

Ensuite, le choix vous revient. Il peut reposer sur :

  • la simplicité d'emploi ;
  • l'affichage (écran large, gros caractères) ;
  • la possibilité de connecter l'appareil à un ordinateur pour obtenir un relevé fiable des données ;
  • les options : calcul automatique de la moyenne, une alarme pour penser aux mesures, etc.

Tensiomètre : bien s'en servir

L'utilisation adéquate d'un tensiomètre requiert un apprentissage. En effet, une mauvaise utilisation peut fausser les mesures, et donc le diagnostic et le traitement de l'hypertension.

Voici les consignes pour l'automesure :

  • Être détendu, après au moins 5 minutes de repos.
  • Être assis et appuyé contre un dossier.
  • Ne pas croiser les jambes.
  • Poser absolument le bras sur un accoudoir ou une table, et le laisser fléchi.
  • Placer le brassard au même niveau que le cœur (à environ 2 cm au-dessus de la pliure du bras.)
  • Effectuer 3 mesures consécutives espacées d'une minute environ.

Quand faire les mesures ?

  • le matin avant le petit-déjeuner (avant de prendre les médicaments) ;
  • le soir entre le repas et le coucher.

Tensiomètre : noter les mesures

Le médecin vous demandera probablement de noter les mesures pendant quelques jours consécutifs avant votre consultation.

Si l'appareil ne les enregistre pas automatiquement, il est important de noter toutes les mesures. Certaines personnes ont tendance à éliminer les valeurs trop élevées, ce qui fausse la moyenne.

Il n'y a pas de honte à avoir des mesures élevées. Le fait de noter tous les résultats permettra au médecin de mieux adapter votre traitement, et donc de mieux vous prendre en charge.

L'interprétation des mesures est un acte médical. Il ne faut en aucun cas ajuster soi-même son traitement en fonction des valeurs obtenues.

Lire l'article Ooreka