La cure thermale pour traiter l'hypertension artérielle

L'hypertension artérielle est ce que l'on appelle une maladie silencieuse. Elle se traduit par une pression excessive du sang sur les artères pouvant entraîner de graves conséquences cardiovasculaires, des douleurs aux jambes se traduisant généralement par un blocage de l'afflux sanguin au niveau des muscles des membres inférieurs.

Cette affection concerne 20% de la population adulte, en particulier après 65 ans. Ainsi en France, ce sont 14 millions de personnes qui sont touchées, dont 10,5 millions qui suivent un traitement médicamenteux.

Pourtant, près de 20% de la population âgée de 50 ans et plus souffre d'hypertension sans le savoir. Si dans la majorité des cas, les causes de l'hypertension demeurent incertaines, des facteurs comme l'âge, le tabagisme, l'hygiène de vie et les origines génétiques favorisent son arrivée.

Pourquoi la cure thermale fait-elle baisser l'hypertension artérielle ?

On ne peut guérir totalement de l'hypertension, mais malgré tout, la tension artérielle peut être normalisée. En complément d'un traitement médical, la cure thermale améliore la circulation sanguine, notamment au niveau des membres inférieurs.

Des effets positifs s'observent dès la première cure, mais seront amplifiés avec des renouvellements de la cure. En effet, l'eau thermale contient des propriétés vasodilatatrices, qui dilatent les vaisseaux sanguins pour permettre au sang de mieux circuler.

La cure thermale permet de :

  • diminuer la pression artérielle,
  • reprendre une activité physique,
  • arrêter de fumer,
  • recevoir des conseils hygiéno-diététiques,
  • amorcer un cycle de perte de poids.

Découvrez 4 idées reçues sur la cure thermale

Le traitement de l'hypertension artérielle par l'eau thermale

Le traitement de l'hypertension artérielle en cure thermale se compose à la fois de soins internes et de soins externes. Pour faire baisser la pression sanguine, le thérapeute va injecter un gaz thermal dans les tissus sous-cutanés du curiste qui prendra également des bains de gaz thermal sec, des bains avec aérobain, des douches filiformes sur les membres inférieurs, des douches artéritiques, des couloirs de marche.

En parallèle, le curiste reprendra une activité physique dans l'eau avec des massages et des douches au jet.

  • En compagnie d'un diététicien, il apprendra à adapter ses repas à l'aide de recettes variées apprises lors d'ateliers diététiques afin d'approfondir ses connaissances sur l'alimentation.
  • Il est important pour le curiste d'augmenter sa consommation de légumes, d'enrichir ses plats d'antioxydants, de veiller à la qualité des graisses alimentaires et d'apprendre à épicer mieux ses plats pour éviter la surconsommation de sel.

Enfin, des notions sur le rôle de la caféine, de la théine ou de boissons énergisantes sur le système cardiovasculaire lui seront transmises.

Stations spécialisées : Bains-les-Bains, Le Boulou

6 mois après la cure, 3 curistes sur 4 constatent encore une amélioration de leur état de santé.